Comment faire pour mesurer concrètement l’impact social des entreprises de l’ESS ?

Lors du Forum nous proposons

Type d'intervention : Table-ronde, conférence
Type d'intervention : Atelier participatif ou formation
Information sur l'atelier ou l'intervention pendant le forum(sujet, approche, intervenant·es, etc.) : Le sujet pourrait se prêter facilement, soit à une intervention courte (15 à 30') dans un cadre plus global, soit à un atelier afin de co-construire des outils permettant aux structures de l'ESS de pouvoir évaluer leur impact social, ou en tous cas mettre en place des démarches d'amélioration des bonnes pratiques en la matière.

La structure ou le collectif qui intervient

Organisation porteuse : UDES
Statut de l'organisation : Syndicat, organe consulaire, club d'investisseurs
Code postal : 75012
Ville : Paris
Autres organisations partenaires : Le Mouves, le Labo de l'ESS, l'AVISE, le groupe AESIO

Informations complémentaires

État de la contribution : Projet en cours
Échelle de la contribution : National
Présentation de la structure, du collectif ou du projet : Les entreprises de l’économie sociale et solidaire sont aujourd’hui interrogées dans leurs pratiques par l’investissement croissant des politiques « d’intérêt général » par les entreprises lucratives et la systématisation des logiques d’appels à projet notamment. Par ailleurs, la gouvernance démocratique, la finalité sociale ou encore la non-lucrativité des organisations ne sont plus des arguments suffisants pour faire valoir la spécificité des entreprises de l’ESS dans un contexte réglementaire qui tend à diluer ces valeurs autrefois réservées au champ (reconnaissance de la lucrativité limitée par la loi ESS de 2015, création du statut d’entreprise à mission et association de salariés aux instances de gouvernance par la loi PACTE…). Les entreprises de l’ESS sont ainsi challengées par le marché pour interroger leur modèle et faire la preuve qu’elles s’inscrivent dans des dynamiques de croissance et d’innovation.

Pour rester compétitives et se démarquer sur le marché, les entreprises lucratives développent des démarches de responsabilité sociétale de l’entreprise, de performance sociale ou encore de labellisation. Là encore, l’économie sociale et solidaire semble en retard dans sa capacité à valoriser les « externalités positives » de son intervention et entretenir sa différenciation alors même qu’elle est naturellement attendue sur cette question. Un axe de développement des entreprises de l’ESS consisterait ainsi à valoriser leur impact social pour convaincre les clients, fournisseurs, partenaires, investisseurs et talents (salariés ou bénévoles) de travailler avec elles mais aussi simplement pour accroître leur visibilité.

Or il n’existe pas aujourd’hui d’outil d’évaluation d’impact accessible aux structures de l’ESS. Certaines initiatives sont développées mais présentent des limites. L’UDES propose donc de développer un outil de sensibilisation à la mesure de l’impact social pour les entreprises de l’ESS.

Ni un label ni un guide, cet outil serait un cadre pour amener les employeurs à s’interroger sur leurs pratiques et s’engager dans un processus d’amélioration continue. Les entreprises de l’ESS étant essentiellement des TPE ne disposant pas des ressources humaines et financières pour s’engager dans des démarches d’évaluation ou de labellisation, l’outil se voudra synthétique, standardisé et appuyé sur les principes suivants :
  • Une batterie d’une trentaine d’indicateurs de gestion transversaux aux structures de l’ESS (gouvernance, politique RH, formation…)
  • Six catégories d’indicateurs sectoriels mesurant l’impact social des activités des structures
  • Une démarche par pallier avec la possibilité de renseigner 1 à 6 catégories d’indicateurs sectoriels (notamment pour les structures multi-activités)
  • Une dimension pédagogique avec un guide d’utilisation, des éléments de définition et des renvois vers les ressources existantes
  • Un questionnaire synthétique conçu par les employeurs de l’ESS pour les employeurs de l’ESS basés sur des indicateurs réalistes et mobilisables

L’outil aura vocation à s’insérer dans le paysage d’autres initiatives existantes sur le sujet pour servir d’étrier amenant les structures de l’ESS à investir d’autres démarches, notamment :
  • Le guide des bonnes pratiques du CSESS (Guide définissant les conditions d’amélioration continue des bonnes pratiques dans les entreprises de l’ESS), qui propose des objectifs, indicateurs, fiches actions et bonnes pratiques pour l’évaluation des structures de l’ESS. Cet outil, consacré et rendu obligatoire par la loi ESS de 2014, est toutefois très peu mobilisé par les structures.
  • Faire miroir avec l’outil MESIS, développé par la Caisse des Dépôts, BNP Paribas et le Groupe SOS pour éclairer le choix des investisseurs à impact.
  • Le projet d’accompagnement de l’AVISE
  • Et au-delà les outils développés par l’UDES, les partenaires, les syndicats et fédérations…

Plus loin l’outil pourra être un support pour nourrir le plaidoyer des réseaux de l’ESS et matérialiser leur présence sur les sujets socioéconomiques et environnementaux afin notamment d’appuyer l’essor de subventions ou de programmes d’accompagnement des structures (valorisation du capital immatériel, traitement spécifique des entreprises de l’ESS dans le cadre des politiques publiques…).

Ambitions

En quoi cette initiative apporte une plus-value pour nos territoires ? : Cet outil de mesure de l’impact social est pensé comme un moyen de redonner de la valeur aux pratiques vertueuses socialement, notamment quant au lien entre l’activité économique et le territoire. Ainsi, l’outil développé propose des indicateurs mesurant l’ancrage territorial, tels que la part des achats de produits et de services faisant appel à des organisations locales, la participation à des initiatives locales, ou encore la part des effectifs implantés localement.
Comment cette initiative répond aux grands défis de société ? : L’outil a vocation à répondre aux objectifs suivants pour les entreprises de l’ESS, le champ et la société :
  • Démontrer la contribution des entreprises de l’ESS au bien commun ;
  • Mesurer et accroître la production de « valeur socialement ajoutée » des entreprises de l’ESS
  • Amener les structures à prendre du recul et analyser leurs pratiques pour nourrir la réflexion sur l’évolution de leur modèle socioéconomique ;
  • Donner du support argumentaire aux structures de l’ESS pour lever des fonds auprès de financeurs et investisseurs socialement responsables, et attirer des clients soucieux d’une consommation à impact social positif ;
  • Profiter de l’exercice pour embarquer les entreprises de l’ESS dans une culture de l’évaluation et de rendu compte qualitatif de leurs activités ;
  • Amener les structures à matérialiser, valoriser, cultiver et réinvestir leur plus-value sociale dans leur projet (intérêts des parties prenantes, développement RH etc.).

A moyen terme et en conséquence indirecte, l’outil pourra aussi répondre aux enjeux suivants :
  • Analyser les données pour appuyer le plaidoyer des réseaux de l’ESS sur le volet socioéconomique
  • Etablir un suivi qualitatif des données pour développer un outil type baromètre
  • Intégrer les structures de l’ESS dans des dynamiques d’entreprise apprenante
Autres commentaires : Cette contribution répond à la problématique du forum en ce sens qu'elle montre que l'ESS peut être à l’offensive afin de démontrer qu'elle a un impact social positif sur la société. Dans un contexte de concurrence accrue du privé classique, et de diversification des ressources financières, donner des outils à des structures ESS de pouvoir démontrer leur impact social est un levier de développement qu'il nous semble intéressant d'activer.
Je donne mon accord pour que les informations ci-dessus soient visible sur le site : Oui